25 Jui 2018

Dans le cadre des activités de la Semaine Africaine de Vaccination, une journée d’information a été organisée en faveur des ONG et associations des femmes le 27 avril 2017 dans la salle polyvalente du centre des handicapés.

De prime abord, la modératrice de la journée d’information Dr Jacky MATONDO a rappelé que la RDC a déjà organisé six éditions de la SAV depuis 2011 et celle-ci se déroule toujours pendant la dernière semaine du mois d’Avril. Il est de coutume d’organiser une série d’activités en faveur de la vaccination afin de promouvoir et d’accroître la sensibilisation sur les maladies évitables par la vaccination.

Dans le même contexte, Mme Mireille MUTUALE a renchérit en précisant que les activités de la SAV de cette année sont intégrées car les Programmes tels que PRONANUT, PNLS, PNLP ainsi le programme de lutte contre le dracunculose devront également passer leurs messages aux femmes qui, à leur tour relayeront l’information à la population.

Après la présentation des différents orateurs et participants, l’agenda a été présenté par Mme Clarisse KALALA, Chef de service communication du PEV. Les dix points à l’ordre du jour sont :

1.     Mot d’ouverture, thème et slogan de la 7ème édition SAV

  1. Historique de la Semaine Africaine de vaccination
  2. Présentation et organisation du Programme Elargi de Vaccination
  3. Informations essentielles sur la déclaration d’Addis-Abeba
  4. Pratiques familiales essentielles
  5. Rôle de la femme dans la prévention et la lutte contre le paludisme
  6. Famille et VIH (Lutte contre le Sida)
  7. Informations sur le ver de Guinée
  8. Echanges
  9. Attentes du PEV

 

Le Médecin Directeur du PEV étant  empêché, le mot d’ouverture a été prononcé par son délégué, le Dr Norbert YOLOYOLO Chef de la Division Appui qui, dans son discours, a exprimé la joie de partager avec les ONG/associations de femmes les attentes du PEV ainsi que celles des autres programmes présents dans le cadre de l’intégration afin de leur apporter les informations essentielles pour le bien-être de la communauté.

La représentante de l’OMS, Dr Béatrice MUKAJI a informé l’assemblée sur l’origine de la Semaine Africaine de la Vaccination qui est un événement annuel célébré au cours de la dernière semaine d'avril en Afrique. Cette initiative a été adoptée à l’issue de la 60ème session de la réunion du Comité Régional de l’OMS à Genève en septembre 2010 afin d’instituer la Semaine Africaine de la Vaccination (SAV) (AFR/RC60/R4) suite  aux résurgences des épidémies de la poliomyélite et de rougeole malgré la mise en place de la vaccination de routine ainsi que les multiples campagnes de vaccination de masses organisées. Elle a rappelé l’objectif de cet évènement qui est celui d’accroitre la sensibilisation sur les maladies évitables par la vaccination et de renforcer la vaccination de routine. Elle a également rappelé à l’assemblée le thème retenu pour la 7ème édition ainsi que le slogan qui reste le même chaque année.

Pour clore son exposé, la représentante de l’OMS a demandé aux mamans de sensibiliser les pères de famille et de veiller au respect du calendrier vaccinal.

 

La présentation suivante sur l’organisation du Programme Elargi de vaccination a été faite par le Dr Jacky MATONDO qui a brièvement parlé du PEV en précisant que c’est un programme spécialisé du Ministère de la Santé Publique de la RDC non pas un organisme international. Il a été créé par l’Assemblée Mondiale de la Santé à Genève en 1974 et a vu le jour dans notre pays en 1978 après l’éradication de la variole par le Centre National pour l’Eradication de la Variole.

Le PEV agit en amont : il contribue à la prévention de la survenue des maladies sur une population saine.

Sa mission est de contribuer au bien-être des enfants de moins d’une année (0-11 mois) et des femmes en âge de procréer par la vaccination et il a pour objectif est de réduire la morbidité et la mortalité dues aux maladies évitables par la vaccination.

Après avoir la brève présentation sur l’organisation du PEV, l’intervenante a cité les 10 maladies contre lesquelles le PEV vaccine et les 11 vaccins (antigènes) qui sont utilisés.

Le calendrier vaccinal des enfants ainsi que celui des femmes en âge de procréer a été vulgarisé ; l’enfant devra terminer son calendrier vaccinal avant son premier anniversaire (déjà à 11 mois) et la mère aura une protection à vie contre le tétanos à la cinquième dose du Td (VAT).

Les stratégies du PEV ont été expliquées à l’assemblée.

Après les deux premières présentations, une plage de discussion s’est ouverte à la plénière et a permis de retenir ce qui suit :

 

-          La vaccination est un droit de l’enfant  et tout cas de refus est une menace à la santé publique (un danger pour la communauté) ;

-          La vaccination est l’intervention la moins coûteuse en santé publique, très efficace et elle sauve énormément des vies tout en permettant d’économiser ;

-          La SAV est une activité de portée internationale, tous les pays de l’OMS Afro sont concernés et toutes les provinces de la RDC sont y sont impliquées ;

-          L’épidémie de rougeole de la province du Maniema a surpris le PEV, après investigation et état des lieux sur la situation sanitaire, il a été relevé la faiblesse des mobilisateurs à orienter les parents vers les sites de vaccination et aussi la faible réalisation de la stratégie fixe-avancée. Il est à retenir que sur une population de 100 enfants vaccinés, une dose de VAR ne protège que 85%  de cette cible ; les 15% restants pourront faire la rougeole tout en étant vaccinés d’où l’importance de l’introduction de la seconde dose. La malnutrition est un des facteurs qui réduit l’immunité (l’efficacité du vaccin) ;

-          Les objectifs de développement durable (ODD) sont issus de l’évaluation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et sont par conséquent la continuité de ces derniers.

Le représentant du Médecin Directeur du PEV, Dr Norbert YOLOYOLO, a donné à l’assemblée les informations essentielles sur la déclaration d’Addis-Abeba qui s’est tenu du 24 au 25 Février 2016  en Ethiopie au sommet de l’Union Africaine.

Il a ensuite énoncé les dix engagements issus de la signature de cet accord et a rappelé les deux stratégies de la feuille de route qui permettront d’aider les Etats membres à atteindre la cible du Plan d’action mondial pour les vaccins et la vaccination (GVAP) qui est d’avoir au moins une couverture vaccinale de 90% pour tous les antigènes au niveau national et au moins 80% de couverture vaccinale au niveau de zones de santé pour tous les vaccins disponibles.

La déléguée du PRONANUT, Mme WABO a partagé avec la plénière les notions sur l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant.

Il a été relevé que la malnutrition est un problème de santé publique majeur en RDC et que les femmes jouent un rôle important dans l’apparition de ces cas au sein de leurs familles car ce sont elles qui produisent, préparent et distribuent la nourriture aux membres de la famille.

Les différents types de malnutrition, les stratégies de lutte, les avantages de l’allaitement (pour l’enfant, la mère, la famille, la communauté et le pays) ont été vulgarisés.

Quant à la présentation sur le rôle de la femme dans la prévention et la lutte contre le paludisme, le représentant du PNLP a expliqué à l’assemblée quelques aspects épidémiologiques du paludisme : l’homme contracte le paludisme par la piqûre d’un moustique infecté : l’anophèle femelle en est le vecteur. Le Plasmodium Falciparum est l’agent pathogène le plus dangereux car il cause le neuropaludisme (malaria cérébrale). Les manifestations cliniques du paludisme simple et du paludisme grave chez les enfants ont été expliquées ; les conséquences du paludisme chez la femme enceinte et chez le fœtus ainsi que les moyens de prévention du paludisme ont été expliqués.

Le représentant du PNLP a conclu en transmettant à l’assemblée les messages éducatifs relatifs aux mesures préventives et a insisté sur le respect du calendrier des visites prénatales (CPN).

 

‘’Famille et VIH’’ est le thème développé par le représentant du PNLS  qui a fait un exposé sur la situation épidémiologique du VIH dans le monde. Il a souligné que seulement 22% des femmes et 16%  des hommes connaissent leur statut sérologique ; 13% des hommes utilisent le préservatif avant les rapports sexuels et 12% des femmes  sont favorables à cette précaution. Il serait souhaitable que la communication sur le VIH devienne un mode de vie càd qu’elle se fasse sans tabou.

Les participants ont été informés sur les attentes du PNLS et la dynamique communautaire pour amener les individus, les familles ainsi que les communautés à  changer de comportement en matière du VIH, sur le mode de transmission et les facteurs qui favorisent sa transmission.

Pour clore son exposé, il a démontré à l’assemblée l’importance de connaître son statut sérologique et a formulé les recommandations suivantes :

      Encourager le dépistage volontaire (DCV/DCIP) ;

      Respecter les mesures de préventions ;

      Les femmes enceintes  doivent fréquenter la CPN pour se faire dépister ;

      Ceux/celles qui sont des personnes vivants avec VIH doivent adhérer au Traitement antirétroviraux (ARV).

La dernière présentation était celle du Programme national d’éradication de la Dracunculose (PNED) ; son représentant a fait un bref exposé sur le ver de Guinée en le définissant, en décrivant les signes cliniques ainsi que le traitement qui est essentiellement basé sur des mesures préventives.

Les attentes du PNED se résument à ce que les différentes ONG puissent les aider à réaliser  les activités de pré-certification de la dracunculose surtout dans la recherche active de cas, la vulgarisation et la sensibilisation du système de récompense.

Les échanges ont apporté des éclaircissements sur les points suivants :

-          Le ver de Guinée se transmet par voie orale : par l’ingestion des crustacés contenant les VDG ou encore par l’eau contaminée ;

-          La moustiquaire (MILD) est imprégnée d’un insecticide spécial pour tuer l’anophèle femelle responsable du paludisme ;

-          La sensibilisation de la communauté en faveur du préservatif féminin.

Au terme de la journée d’information, le chef de service communication a fait part à l’assistance des attentes du PEV tout en justifiant le choix des ONG/associations des femmes car elles font partie des canaux les mieux indiqués pour relayer l’information et ont une énorme influence sur les différentes couches de la population.

A travers leurs plates-formes, elles pourront passer des messages simples sur la vaccination à un large public.



Juin 2018
D L Ma Me J V S
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
IMAGE ·        
IMAGE Le Gouvernement a...
    Le Gouvernement par le biais de son excellence Mr le premier Ministre Bruno TSHIBALA réceptionné 5416 doses de...
IMAGE Première prise de contact...
   Sous la présidence du coordonnateur national du COUP, s’est tenue ce jeudi 22mars 2018 dans la salle des...
IMAGE Visite de Gavi à la Zone de...
Descente du Représentant de Gavi accompagné du Médecin Directeur du PEV, du représentant de l'UNICEF dans la Zone...
Coordonnées
Avenue De la Justice N°28 et 32
A coté de l'hotel sultani
Kinshasa - Gombe, RDC

Tél: +243 82 250 71 68
E-mail : info@pevrdc.org
www.pevrdc.org

Newsletters
Espace membre

NOS PARTENAIRES
© 2017 PEV Conçu Global Technology sarl...